9 février 2022

RÉSISTANCE À L’INSULINE ET PRÉDIABÈTE

QU'EST-CE QUE L'INSULINE ?

L’insuline est une hormone fabriquée par le pancréas qui aide le glucose présent dans le sang à pénétrer dans les cellules des muscles, des graisses et du foie, où il est utilisé comme source d’énergie. Le glucose provient des aliments que vous mangez. Le foie fabrique également du glucose en cas de besoin, par exemple lorsque vous êtes à jeun. Lorsque le taux de glucose sanguin, également appelé glycémie, augmente après un repas, le pancréas libère de l’insuline dans le sang. L’insuline fait alors baisser la glycémie pour la maintenir dans la plage normale.

QU'EST-CE QUE LA RÉSISTANCE À L'INSULINE ?

On parle de résistance à l’insuline lorsque les cellules des muscles, des graisses et du foie ne répondent pas bien à l’insuline et ne peuvent pas absorber facilement le glucose présent dans le sang. En conséquence, votre pancréas produit plus d’insuline pour aider le glucose à entrer dans vos cellules. Tant que votre pancréas peut produire suffisamment d’insuline pour surmonter la faible réponse de vos cellules à l’insuline, vos taux de glycémie resteront dans une fourchette saine.

QU'EST-CE QUE LE PRÉDIABÈTE ?

Le prédiabète signifie que votre glycémie est supérieure à la normale, mais pas suffisamment élevée pour être diagnostiquée comme un diabète. Le prédiabète survient généralement chez les personnes qui présentent déjà une certaine résistance à l’insuline ou dont les cellules bêta du pancréas ne produisent pas suffisamment d’insuline pour maintenir la glycémie dans la plage normale. Sans suffisamment d’insuline, le glucose supplémentaire reste dans le sang au lieu de pénétrer dans les cellules. Avec le temps, vous pourriez développer un diabète de type 2.

QUELLE EST LA FRÉQUENCE DU PRÉDIABÈTE ?

En France, plus de 9,9% des personnes âgées de 18 ans et plus sont atteintes de prédiabète. Ce chiffre étant légèrement plus élevé chez les hommes (11%) qui chez les femmes (7,4%).

QUI EST LE PLUS SUSCEPTIBLE DE DÉVELOPPER UNE RÉSISTANCE À L'INSULINE OU UN PRÉDIABÈTE ?

Les personnes qui présentent des facteurs de risque génétiques ou liés au mode de vie sont plus susceptibles de développer une résistance à l’insuline ou un prédiabète. Les facteurs de risque comprennent :

  • Être âgé de 45 ans ou plus
  • Un parent, un frère ou une sœur atteint de diabète
  • L’origine ethnique afro-antillaise, asiatique, hispanique/latine ou insulaire du Pacifique
  • Des antécédents de diabète gestationnel
  • Le syndrome des ovaires polykystiques, également appelé SOPK.

Les personnes atteintes du syndrome métabolique – combinaison d’une pression artérielle élevée, de taux de cholestérol anormaux et d’un tour de taille important – sont plus susceptibles de souffrir de prédiabète.

En plus de ces facteurs de risque, d’autres éléments peuvent contribuer à la résistance à l’insuline, notamment :

  • Certains médicaments, tels que les glucocorticoïdes, certains antipsychotiques et certains médicaments contre le VIH
  • Les troubles hormonaux, tels que le syndrome de Cushing et l’acromégalie

Bien que vous ne puissiez pas modifier les facteurs de risque tels que les antécédents familiaux, l’âge ou l’origine ethnique, vous pouvez modifier les facteurs de risque liés au mode de vie, notamment l’alimentation, l’activité physique et le poids. Ces changements de mode de vie peuvent réduire vos chances de développer une résistance à l’insuline ou un prédiabète.

QUELLES SONT LES CAUSES DE LA RÉSISTANCE À L'INSULINE ET DU PRÉDIABÈTE ?

Les chercheurs ne comprennent pas entièrement ce qui cause la résistance à l’insuline et le prédiabète, mais ils pensent que l’excès de poids et le manque d’activité physique sont des facteurs importants.

L'excès de poids

Les experts pensent que l’obésité, en particulier l’excès de graisse dans l’abdomen et autour des organes, appelé graisse viscérale, est une cause principale de la résistance à l’insuline. Un tour de taille de 100 cm ou plus pour les hommes et de 85 cm ou plus pour les femmes est lié à la résistance à l’insuline. Cela est vrai même si votre indice de masse corporelle (IMC) se situe dans la fourchette normale. Toutefois, des recherches ont montré que les Français d’origine asiatique peuvent présenter un risque accru de résistance à l’insuline, même sans IMC élevé.

Les chercheurs avaient l’habitude de penser que le tissu adipeux ne servait qu’à stocker l’énergie. Cependant, des études ont montré que la graisse du ventre produit des hormones et d’autres substances qui peuvent contribuer à une inflammation chronique, ou durable, de l’organisme. L’inflammation peut jouer un rôle dans la résistance à l’insuline, le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires.

L’excès de poids peut entraîner une résistance à l’insuline, qui peut à son tour jouer un rôle dans le développement de la stéatose hépatique.

Inactivité physique

Le manque d’activité physique est lié à la résistance à l’insuline et au prédiabète. Une activité physique régulière entraîne des changements dans votre organisme qui le rendent plus apte à maintenir l’équilibre de votre glycémie.

QUELS SONT LES SYMPTÔMES DE L'INSULINORÉSISTANCE ET DU PRÉDIABÈTE ?

L’insulinorésistance et le prédiabète ne présentent généralement aucun symptôme. Certaines personnes atteintes de prédiabète peuvent présenter une peau foncée au niveau des aisselles ou à l’arrière et sur les côtés du cou, une affection appelée acanthosis nigricans. De nombreuses petites excroissances cutanées appelées étiquettes de peau apparaissent souvent dans ces mêmes zones.

Même si la glycémie n’est pas assez élevée pour provoquer des symptômes chez la plupart des gens, quelques recherches ont montré que certaines personnes atteintes de prédiabète peuvent déjà présenter des changements précoces dans leurs yeux pouvant conduire à une rétinopathie. Ce problème survient plus souvent chez les personnes atteintes de diabète.

COMMENT LES MÉDECINS DIAGNOSTIQUENT-ILS LA RÉSISTANCE À L'INSULINE ET LE PRÉDIABÈTE ?

Les médecins utilisent des analyses de sang pour déterminer si une personne est atteinte de prédiabète, mais ils ne testent généralement pas la résistance à l’insuline. Le test le plus précis pour la résistance à l’insuline est compliqué et utilisé principalement pour la recherche.

Les médecins utilisent le plus souvent le test de la glycémie à jeun (FPG) ou le test A1C pour diagnostiquer le prédiabète. Moins souvent, les médecins utilisent l’épreuve d’hyperglycémie provoquée par voie orale (HGPO), qui est plus coûteuse et moins facile à réaliser.

Le test A1C reflète votre glycémie moyenne au cours des trois derniers mois. Le FPG et l’HGPO indiquent votre taux de glycémie au moment du test. Le test A1C n’est pas aussi sensible que les autres tests. Chez certaines personnes, il peut manquer un prédiabète que l’HGPO pourrait détecter. L’HGPO permet de déterminer comment votre organisme gère le glucose après un repas, souvent avant que votre glycémie à jeun ne devienne anormale. Les médecins ont souvent recours à l’HGPO pour dépister le diabète gestationnel, un type de diabète qui se développe pendant la grossesse.

Les personnes atteintes de prédiabète ont jusqu’à 50 % de risque de développer un diabète au cours des 5 à 10 prochaines années. Vous pouvez prendre des mesures pour gérer votre prédiabète et prévenir le diabète de type 2.

Les résultats des tests suivants indiquent un prédiabète :

  • A1C-5,7 à 6,4 pour cent
  • FPG-100 à 125 mg/dL (milligrammes par décilitre)
  • OGTT-140 à 199 mg/dL (milligrammes par décilitre)

Vous devez subir un test de dépistage du prédiabète si vous êtes en surpoids ou obèse et présentez un ou plusieurs autres facteurs de risque de diabète, ou si vos parents, frères et sœurs ou enfants sont atteints de diabète de type 2. Même si vous ne présentez pas de facteurs de risque, vous devriez commencer à vous faire dépister dès l’âge de 45 ans.

Si les résultats sont normaux mais que vous présentez d’autres facteurs de risque de diabète, vous devez refaire un test au moins tous les 3 ans.

COMMENT PUIS-JE PRÉVENIR OU INVERSER LA RÉSISTANCE À L'INSULINE ET LE PRÉDIABÈTE ?

L’activité physique et la perte de poids, si nécessaire, peuvent aider votre organisme à mieux réagir à l’insuline. Prendre de petites mesures, comme manger des aliments plus sains et bouger davantage pour perdre du poids, peut aider à inverser la résistance à l’insuline et prévenir ou retarder le diabète de type 2 chez les personnes atteintes de prédiabète.

L’étude financée par le National Institutes of Health et le Diabetes Prevention Program (DPP), a montré que pour les personnes présentant un risque élevé de développer un diabète, la perte de 5 à 7 % de leur poids initial contribuait à réduire leurs chances de développer la maladie. Les participants à l’étude ont perdu du poids en modifiant leur régime alimentaire et en étant plus actifs physiquement.

L’étude DPP a également montré que la prise de metformine, un médicament utilisé pour traiter le diabète, pouvait retarder l’apparition de la maladie. La metformine a donné de meilleurs résultats chez les femmes ayant des antécédents de diabète gestationnel, les jeunes adultes et les personnes obèses. Demandez à votre médecin si la metformine peut vous convenir.

L’élaboration d’un plan, le suivi de vos progrès et le soutien de votre professionnel de la santé, de votre famille et de vos amis peuvent vous aider à modifier votre mode de vie afin de prévenir ou d’inverser la résistance à l’insuline et le prédiabète.

RELANCE C’EST UN BLOG SUR LA COURSE À PIED MAIS C’EST AUSSI ET SURTOUT LA NOUVELLE MARQUE DE CHAUSSURES DE RUNNING MADE IN FRANCE !

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE ?

INSCRIVEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER HEBDO !

PARTAGEZ L'ARTICLE

Subscribe
Notify of
3 COMMENTAIRES
Inline Feedbacks
VOIR LES AUTRES RÉPONSES

CONNEXION

CONNEXION