22 février 2022

QU’EST-CE QUE L’ARYTHMIE CARDIAQUE ?

Une arythmie cardiaque est un rythme cardiaque irrégulier. Les problèmes de rythme cardiaque surviennent lorsque les signaux électriques qui coordonnent les battements du cœur ne fonctionnent pas correctement. Ces signaux défectueux font que le cœur bat trop vite (tachycardie), trop lentement (bradycardie) ou de façon irrégulière.

Les arythmies cardiaques peuvent être ressenties comme un battement ou un emballement du cœur et peuvent être inoffensives. Cependant, certaines arythmies cardiaques peuvent provoquer des signes et des symptômes gênants, parfois même mortels.

Cependant, il est parfois normal qu’une personne ait un rythme cardiaque lent ou rapide. Par exemple, la fréquence cardiaque peut augmenter avec l’activité physique ou ralentir pendant le sommeil.

Le traitement de l’arythmie cardiaque peut comprendre des médicaments, des procédures de cathétérisme, des dispositifs implantés ou une intervention chirurgicale pour contrôler ou éliminer les battements cardiaques rapides, lents ou irréguliers. Un mode de vie sain pour le cœur peut aider à prévenir les lésions cardiaques qui peuvent déclencher certaines arythmies cardiaques.

FORMES D’ARYTHMIES

En général, les arythmies cardiaques sont regroupées en fonction de la vitesse du rythme cardiaque. Par exemple :

La tachycardie est un rythme cardiaque rapide. La fréquence cardiaque au repos est supérieure à 100 battements par minute.

La bradycardie est un rythme cardiaque lent. La fréquence cardiaque au repos est inférieure à 60 battements par minute.

RYTHME CARDIAQUE RAPIDE (TACHYCARDIE)

Les types de tachycardies comprennent :

Fibrillation auriculaire (A-fib). Une signalisation cardiaque chaotique entraîne un rythme cardiaque rapide et non coordonné. Cette affection peut être temporaire, mais certains épisodes de fibrillation auriculaire peuvent ne pas s’arrêter s’ils ne sont pas traités. La fibrillation auriculaire est associée à des complications graves telles que l’accident vasculaire cérébral.

Flutter auriculaire. Le flutter auriculaire est similaire à la fibrillation auriculaire, mais les battements du cœur sont plus organisés. Le flutter auriculaire est également lié aux accidents vasculaires cérébraux.

Tachycardie supraventriculaire. La tachycardie supraventriculaire est un terme général qui inclut les arythmies qui commencent au-dessus des cavités cardiaques inférieures (ventricules). La tachycardie supraventriculaire provoque des épisodes de battements cardiaques violents (palpitations) qui commencent et se terminent brusquement.

Fibrillation ventriculaire. Ce type d’arythmie se produit lorsque des signaux électriques rapides et chaotiques font frémir les cavités cardiaques inférieures (ventricules) au lieu de les contacter de manière coordonnée pour pomper le sang vers le reste du corps. Ce problème grave peut entraîner la mort si un rythme cardiaque normal n’est pas rétabli en quelques minutes. La plupart des personnes qui souffrent de fibrillation ventriculaire ont une maladie cardiaque sous-jacente ou ont subi un traumatisme grave.

Tachycardie ventriculaire. Ce rythme cardiaque rapide et régulier est dû à des signaux électriques défectueux dans les cavités cardiaques inférieures (ventricules). Le rythme cardiaque rapide ne permet pas aux ventricules de se remplir correctement de sang. Par conséquent, le cœur ne peut pas pomper suffisamment de sang dans le corps. La tachycardie ventriculaire peut ne pas causer de problèmes graves chez les personnes dont le cœur est par ailleurs en bonne santé. Chez les personnes atteintes d’une maladie cardiaque, la tachycardie ventriculaire peut constituer une urgence médicale qui nécessite un traitement médical immédiat.

RYTHME CARDIAQUE LENT (BRADYCARDIE)

Bien qu’une fréquence cardiaque inférieure à 60 battements par minute au repos soit considérée comme une bradycardie, une faible fréquence cardiaque au repos ne signale pas toujours un problème. Si vous êtes en bonne condition physique, il se peut que votre cœur soit capable de pomper suffisamment de sang vers le corps avec moins de 60 battements par minute au repos.

Si votre fréquence cardiaque est lente et que votre cœur ne pompe pas suffisamment de sang, vous souffrez peut-être d’un type de bradycardie. Les types de bradycardie comprennent :

Le syndrome du sinus malade. Le nœud sinusal est responsable de la régulation du rythme cardiaque. S’il ne fonctionne pas correctement, le rythme cardiaque peut alterner entre un rythme trop lent (bradycardie) et un rythme trop rapide (tachycardie). Le syndrome du sinus malade peut être causé par des cicatrices à proximité du nœud sinusal qui ralentissent, perturbent ou bloquent la transmission des impulsions. Le syndrome du sinus malade est plus fréquent chez les personnes âgées.

Bloc de conduction. Un blocage des voies électriques du cœur peut entraîner un ralentissement ou un arrêt des signaux qui déclenchent les battements cardiaques. Certains blocs peuvent ne provoquer aucun signe ou symptôme, d’autres peuvent provoquer des battements sautés ou une bradycardie.

BATTEMENTS CARDIAQUES PRÉMATURÉS

Les battements cardiaques prématurés sont des battements supplémentaires qui se produisent un par un, parfois selon des schémas qui alternent avec les battements normaux du cœur. Les battements supplémentaires peuvent provenir de la chambre supérieure du cœur (contractions auriculaires prématurées) ou de la chambre inférieure (contractions ventriculaires prématurées).

Un battement cardiaque prématuré peut donner l’impression que votre cœur a sauté un battement. Ces battements supplémentaires ne sont généralement pas inquiétants et ils signifient rarement que vous souffrez d’une affection plus grave. Néanmoins, un battement prématuré peut déclencher une arythmie de plus longue durée, en particulier chez les personnes atteintes d’une maladie cardiaque. Parfois, des battements prématurés très fréquents qui durent plusieurs années peuvent entraîner une faiblesse cardiaque.

Les battements cardiaques prématurés peuvent survenir au repos. Parfois, les battements cardiaques prématurés sont causés par le stress, un exercice physique intense (comme le HIIT par exemple) ou des stimulants, comme la caféine ou la nicotine.

SYMPTÔMES

Les arythmies cardiaques peuvent ne provoquer aucun signe ou symptôme. Un médecin peut remarquer le rythme cardiaque irrégulier lorsqu’il vous examine pour une autre raison de santé.

En général, les signes et les symptômes des arythmies peuvent être les suivants :

  • Des palpitations dans la poitrine
  • Un rythme cardiaque rapide (tachycardie)
  • Un rythme cardiaque lent (bradycardie)
  • Des douleurs thoraciques

D’autres symptômes peuvent être présents :

  • Étourdissements ou vertiges
  • Transpiration 
  • Évanouissement (syncope) ou quasi-évanouissement

CAUSES

Pour comprendre la cause des arythmies cardiaques, il peut être utile de savoir comment le cœur fonctionne habituellement.

Comment le cœur bat-il ?

Le cœur est constitué de quatre cavités – deux chambres supérieures (oreillettes) et deux chambres inférieures (ventricules).

Le rythme du cœur est normalement contrôlé par un stimulateur cardiaque naturel (le nœud sinusal) situé dans la chambre supérieure droite (oreillette). Le nœud sinusal envoie des signaux électriques qui déclenchent normalement chaque battement de cœur. Ces signaux électriques se déplacent dans les oreillettes, provoquant la compression (contraction) des muscles cardiaques et le pompage du sang dans les ventricules.

Ensuite, les signaux arrivent à un groupe de cellules appelé le nœud auriculo-ventriculaire (AV), où ils ralentissent. Ce léger retard permet aux ventricules de se remplir de sang. Lorsque les signaux électriques atteignent les ventricules, les chambres se contractent et pompent le sang vers les poumons ou le reste du corps.

Dans un cœur sain, ce processus de signalisation cardiaque se déroule généralement sans problème, ce qui se traduit par une fréquence cardiaque normale au repos de 60 à 100 battements par minute.

Les facteurs qui peuvent provoquer un rythme cardiaque irrégulier (arythmie) sont les suivants :

  • Une crise cardiaque en cours ou des cicatrices d’une crise cardiaque antérieure
  • Blocage des artères du cœur (maladie coronarienne)
  • Des modifications de la structure du cœur, comme dans le cas d’une cardiomyopathie
  • Infection par le COVID-19
  • Hyperactivité de la glande thyroïde (hyperthyroïdie)
  • Une glande thyroïde insuffisamment active (hypothyroïdie)
  • Certains médicaments, y compris les médicaments contre le rhume et les allergies achetés sans ordonnance
  • L’abus de drogues
  • Génétique
  • Stress ou anxiété

FACTEURS DE RISQUE

Les facteurs qui peuvent augmenter le risque d’arythmie cardiaque sont les suivants :

Une maladie des artères coronaires, d’autres problèmes cardiaques et une chirurgie cardiaque antérieure. Des artères cardiaques rétrécies, une crise cardiaque, des valves cardiaques anormales, une chirurgie cardiaque antérieure, une insuffisance cardiaque, une cardiomyopathie et d’autres lésions cardiaques sont des facteurs de risque pour presque tous les types d’arythmie.

L’hypertension artérielle. Cette affection augmente le risque de développer une maladie coronarienne. Elle peut également entraîner une rigidité et un épaississement des parois de la cavité cardiaque inférieure gauche (ventricule gauche), ce qui peut modifier la façon dont les signaux électriques circulent dans le cœur.

Cardiopathie congénitale. Le fait de naître avec une maladie cardiaque peut affecter le rythme cardiaque.

Maladie thyroïdienne. Une glande thyroïde hyperactive ou sous-active peut augmenter le risque de battements cardiaques irréguliers.

Apnée obstructive du sommeil. Cette affection provoque des pauses respiratoires pendant le sommeil. Elle peut entraîner un rythme cardiaque lent (bradycardie) et des battements cardiaques irréguliers, notamment la fibrillation auriculaire.

Déséquilibre électrolytique. Les substances présentes dans le sang appelées électrolytes – comme le potassium, le sodium, le calcium et le magnésium – contribuent à déclencher et à envoyer des impulsions électriques dans le cœur. Un déséquilibre des électrolytes – par exemple, s’ils sont trop faibles ou trop élevés – peut interférer avec la signalisation cardiaque et entraîner des battements cardiaques irréguliers.

Certains médicaments et suppléments. Certains médicaments sur ordonnance et certains médicaments contre la toux et le rhume achetés sans ordonnance peuvent provoquer des arythmies.

L’excès d’alcool. Une consommation excessive d’alcool peut affecter les impulsions électriques dans votre cœur et augmenter le risque de développer une fibrillation auriculaire.

Consommation de caféine, de nicotine ou de drogues illicites. La caféine, la nicotine et d’autres stimulants peuvent accélérer les battements de votre cœur et favoriser l’apparition d’arythmies plus graves. Les drogues illégales, telles que les amphétamines et la cocaïne, peuvent affecter considérablement le cœur et provoquer de nombreux types d’arythmies ou une mort subite due à une fibrillation ventriculaire.

COMPLICATIONS

Les complications dépendent du type d’arythmie. En général, les complications des arythmies cardiaques peuvent inclure un accident vasculaire cérébral, une mort subite et une insuffisance cardiaque.

Les arythmies cardiaques sont associées à un risque accru de caillots sanguins. Si un caillot se détache, il peut passer du cœur au cerveau et provoquer un accident vasculaire cérébral. Les anticoagulants peuvent réduire le risque d’AVC lié à la fibrillation auriculaire et à d’autres arythmies. Votre médecin déterminera si un anticoagulant est approprié pour vous.

Si une arythmie est à l’origine des symptômes de l’insuffisance cardiaque, des méthodes visant à contrôler la fréquence cardiaque peuvent améliorer la fonction cardiaque.

DIAGNOSTIC

Pour diagnostiquer une arythmie cardiaque, le médecin procède généralement à un examen physique et pose des questions sur vos antécédents médicaux et vos symptômes. Des tests peuvent être effectués pour confirmer un rythme cardiaque irrégulier et rechercher des affections susceptibles de provoquer des arythmies, comme une maladie cardiaque ou une maladie de la thyroïde.

Les tests pour diagnostiquer les arythmies cardiaques peuvent inclure :

Électrocardiogramme (ECG ou EKG). Lors d’un ECG, des capteurs (électrodes) capables de détecter l’activité électrique du cœur sont fixés sur la poitrine et parfois sur les bras ou les jambes. L’ECG mesure le moment et la durée de chaque phase électrique des battements du cœur.

Moniteur Holter. Cet appareil ECG portable peut être porté pendant une journée ou plus pour enregistrer l’activité de votre cœur pendant que vous vaquez à vos occupations.

Enregistreur d’événements. Cet appareil ECG portable est utilisé pour détecter les arythmies sporadiques. Vous appuyez sur un bouton lorsque les symptômes apparaissent. Un enregistreur d’événements peut être porté pendant une période plus longue (jusqu’à 30 jours ou jusqu’à ce que vous ayez une arythmie ou des symptômes typiques).

Échocardiographie. Dans cet examen non invasif, un dispositif manuel (transducteur) placé sur la poitrine utilise des ondes sonores pour produire des images de la taille, de la structure et du mouvement du cœur.

Enregistreur à boucle implantable. Si les symptômes sont très peu fréquents, un enregistreur d’événements peut être implanté sous la peau dans la région de la poitrine pour enregistrer en permanence l’activité électrique du cœur et détecter les rythmes cardiaques irréguliers.

Si votre médecin ne trouve pas d’arythmie au cours de ces tests, il peut essayer de déclencher l’arythmie avec d’autres tests, qui peuvent inclure :

Un test d’effort. Certaines arythmies sont déclenchées ou aggravées par l’exercice. Au cours d’une épreuve d’effort, l’activité du cœur est surveillée pendant que vous roulez sur un vélo stationnaire ou que vous marchez sur un tapis roulant. Si vous avez des difficultés à faire de l’exercice, un médicament peut être administré pour stimuler le cœur d’une manière similaire à l’exercice.

Test de la table basculante. Un médecin peut recommander ce test si vous avez déjà eu des évanouissements. Votre fréquence cardiaque et votre pression artérielle sont surveillées alors que vous êtes allongé à plat sur une table. La table est ensuite inclinée comme si vous étiez debout. Le médecin observe comment votre cœur et le système nerveux qui le contrôle réagissent au changement d’angle.

Test électrophysiologique et cartographie. Dans cet examen, également appelé étude EP, un médecin fait passer des tubes fins et flexibles (cathéters) munis d’électrodes dans les vaisseaux sanguins jusqu’à différentes zones du cœur. Une fois en place, les électrodes peuvent cartographier la propagation des impulsions électriques dans le cœur.

Parfois, un cardiologue utilise les électrodes pour stimuler le cœur afin qu’il batte à des rythmes susceptibles de déclencher – ou d’arrêter – une arythmie. Cela aide le médecin à déterminer la localisation de l’arythmie, ses causes possibles et les meilleures options thérapeutiques. Ce test peut également être effectué pour déterminer si une personne présentant certains problèmes de santé risque de développer des arythmies cardiaques.

TRAITEMENT

Le traitement des arythmies cardiaques varie selon que vous avez un rythme cardiaque rapide (tachycardie) ou lent (bradycardie). Certaines arythmies cardiaques ne nécessitent pas de traitement. Votre médecin peut vous recommander des examens réguliers pour surveiller votre état.

Le traitement de l’arythmie cardiaque n’est généralement nécessaire que si les battements cardiaques irréguliers provoquent des symptômes importants ou si vous risquez de souffrir de problèmes cardiaques plus graves. Le traitement des arythmies cardiaques peut comprendre des médicaments, des thérapies telles que des manœuvres vagales, une cardioversion, des procédures de cathéter ou une chirurgie cardiaque.

Médicaments

Les médicaments utilisés pour traiter les arythmies cardiaques dépendent du type d’arythmie et des complications potentielles.

Par exemple, des médicaments destinés à contrôler la fréquence cardiaque et à rétablir un rythme cardiaque normal sont souvent prescrits à la plupart des personnes souffrant de tachycardie.

Si vous souffrez de fibrillation auriculaire, des anticoagulants peuvent être prescrits pour prévenir la formation de caillots sanguins. Il est très important de prendre les médicaments exactement comme indiqué par votre médecin afin de réduire le risque de complications.

Thérapies

Les thérapies pour traiter les arythmies cardiaques comprennent les manœuvres vagales et la cardioversion pour arrêter le rythme cardiaque irrégulier.

Manœuvres vagales. Si vous avez un rythme cardiaque très rapide dû à une tachycardie supraventriculaire, votre médecin peut vous recommander cette thérapie. Les manœuvres vagales agissent sur le système nerveux qui contrôle votre rythme cardiaque (nerfs vagues), ce qui a souvent pour effet de ralentir votre rythme cardiaque. Par exemple, vous pouvez être capable d’arrêter une arythmie en retenant votre respiration et en faisant un effort, en plongeant votre visage dans de l’eau glacée ou en toussant. Les manœuvres vagales ne fonctionnent pas pour tous les types d’arythmies.

Cardioversion. Cette méthode de réinitialisation du rythme cardiaque peut être effectuée à l’aide de médicaments ou sous forme d’intervention. Votre médecin peut recommander ce traitement si vous souffrez d’un certain type d’arythmie, comme la fibrillation auriculaire.

Pendant la procédure de cardioversion, un choc est délivré à votre cœur par des palettes ou des patchs sur votre poitrine. Le courant affecte les impulsions électriques de votre cœur et peut rétablir un rythme normal.

Chirurgie ou autres procédures

Le traitement des arythmies cardiaques peut également impliquer des procédures de cathétérisme ou une intervention chirurgicale pour implanter un dispositif cardiaque. Certaines arythmies peuvent nécessiter une opération à cœur ouvert.

Les types de procédures et d’interventions chirurgicales utilisées pour traiter les arythmies cardiaques comprennent :

L’ablation par cathéter. Dans cette procédure, le médecin fait passer un ou plusieurs cathéters dans les vaisseaux sanguins jusqu’au cœur. Les électrodes situées à l’extrémité des cathéters utilisent de l’énergie thermique ou froide pour créer de minuscules cicatrices dans votre cœur afin de bloquer les signaux électriques anormaux et de rétablir un rythme cardiaque normal.

Stimulateur cardiaque. Si les battements cardiaques lents (bradycardie) n’ont pas de cause pouvant être corrigée, les médecins les traitent souvent à l’aide d’un stimulateur cardiaque, car il n’existe aucun médicament capable d’accélérer le cœur de manière fiable.

Un stimulateur cardiaque est un petit appareil qui est généralement implanté près de la clavicule. Un ou plusieurs fils à pointe d’électrode partent du stimulateur et traversent les vaisseaux sanguins jusqu’à l’intérieur du cœur. Si le rythme cardiaque est trop lent ou s’il s’arrête, le stimulateur envoie des impulsions électriques qui stimulent le cœur pour qu’il batte à un rythme régulier.

Cardioverteur-défibrillateur implantable (DCI). Votre médecin peut vous recommander ce dispositif si vous présentez un risque élevé de développer un rythme cardiaque dangereusement rapide ou irrégulier dans les cavités inférieures du cœur (tachycardie ventriculaire ou fibrillation ventriculaire). Si vous avez eu un arrêt cardiaque soudain ou si vous souffrez de certaines maladies cardiaques qui augmentent le risque d’arrêt cardiaque soudain, votre médecin peut également vous recommander un DCI.

Un DCI est une unité alimentée par une batterie qui est implantée sous la peau, près de la clavicule, comme un stimulateur cardiaque. Un ou plusieurs fils électrodes du DAI passent dans les veines jusqu’au cœur. Le DCI surveille en permanence votre rythme cardiaque.

Si le DCI détecte une anomalie du rythme cardiaque, il envoie des chocs de faible ou de forte énergie pour rétablir le rythme normal du cœur. Le DCI n’empêche pas un rythme cardiaque irrégulier de se produire, mais il le traite s’il se produit.

Procédure en labyrinthe. Dans l’intervention en labyrinthe, un chirurgien pratique une série d’incisions dans le tissu cardiaque dans la moitié supérieure de votre cœur (oreillettes) pour créer un motif (ou labyrinthe) de tissu cicatriciel. Comme le tissu cicatriciel ne conduit pas l’électricité, il interfère avec les impulsions électriques parasites qui provoquent certains types d’arythmie.

La procédure du labyrinthe est généralement réservée aux personnes dont l’état ne s’améliore pas avec d’autres traitements u qui doivent subir une opération à cœur ouvert pour d’autres raisons.

Pontage coronarien. Si vous souffrez d’une grave maladie coronarienne en plus d’une arythmie cardiaque, votre médecin peut effectuer un pontage coronarien. Cette intervention peut améliorer le flux sanguin vers votre cœur.

MODE DE VIE ET PRÉVENTION

Si vous souffrez d’une maladie ou d’un problème cardiaque, votre médecin vous recommandera probablement de modifier votre mode de vie afin de maintenir votre cœur en aussi bonne santé que possible.

Voici quelques exemples de changements de mode de vie favorables à la santé du cœur :

Mangez des aliments sains pour le cœur. Adoptez une alimentation saine, pauvre en sel et en graisses trans et riche en fruits et légumes et céréales complètes.

Faites régulièrement de l’exercice. Essayez de faire de l’exercice pendant au moins 30 minutes la plupart des jours.

Arrêtez de fumer. Si vous fumez et que vous n’arrivez pas à arrêter par vous-même, parlez à votre médecin des stratégies ou des programmes qui vous aideront à vous défaire de l’habitude de fumer.

Maintenez un poids sain. L’excès de poids augmente le risque de développer une maladie cardiaque.

Contrôlez votre tension artérielle et votre taux de cholestérol. Modifiez votre mode de vie et prenez les médicaments prescrits pour gérer une pression artérielle ou un taux de cholestérol élevés.

Buvez de l’alcool avec modération. Si vous choisissez de boire de l’alcool, faites-le avec modération. Pour les adultes en bonne santé, cela signifie jusqu’à un verre par jour pour les femmes de tous âges et les hommes de plus de 65 ans, et jusqu’à deux verres par jour pour les hommes de 65 ans et moins.

Maintenez des soins de suivi. Prenez vos médicaments tels que prescrits et prenez régulièrement des rendez-vous de suivi avec votre médecin. Prévenez votre médecin si vos symptômes s’aggravent.

MÉDECINE ALTERNATIVE

La gestion du stress est une étape importante pour garder un cœur sain. Les techniques de réduction du stress peuvent également contribuer à prévenir ou à réduire les arythmies cardiaques. Voici quelques moyens de réduire le stress :

  • La méditation ou la pleine conscience

Certaines recherches suggèrent que l’acupuncture pourrait contribuer à réduire les battements cardiaques irréguliers chez les personnes souffrant d’arythmies persistantes, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires.

QUAND CONSULTER UN MÉDECIN

Si vous avez l’impression que votre cœur bat trop vite ou trop lentement, ou qu’il saute un battement, prenez rendez-vous chez le médecin. Consultez immédiatement un médecin si vous avez le souffle court, une faiblesse, des étourdissements, des vertiges, un évanouissement ou un quasi-évanouissement, et une douleur ou une gêne thoracique.

Un type d’arythmie appelé fibrillation ventriculaire peut provoquer une chute spectaculaire de la tension artérielle. L’effondrement peut se produire en quelques secondes et bientôt la respiration et le pouls de la personne s’arrêteront. Si cela se produit, suivez les étapes suivantes :

Appelez le 15 ou le numéro d’urgence de votre région.

S’il n’y a personne à proximité formé à la réanimation cardio-pulmonaire (RCP), pratiquez la RCP. Appuyez fortement et rapidement sur le centre de la poitrine à un rythme de 100 à 120 compressions par minute jusqu’à l’arrivée des ambulanciers. Vous n’avez pas besoin d’effectuer une respiration de secours.

Si vous ou quelqu’un à proximité connaît la RCP, commencez la RCP. La RCP peut aider à maintenir le flux sanguin vers les organes jusqu’à ce qu’un choc électrique (défibrillation) puisse être administré.

Si un défibrillateur externe automatisé (DEA) est disponible à proximité, demandez à quelqu’un de prendre l’appareil et de suivre les instructions. Un DEA est un appareil de défibrillation portable capable de délivrer un choc qui peut relancer les battements du cœur. Aucune formation n’est nécessaire pour utiliser un DEA. Le DEA vous dira ce que vous devez faire. Il est programmé pour ne délivrer un choc que lorsque cela est approprié.

RELANCE C’EST UN BLOG SUR LA COURSE À PIED MAIS C’EST AUSSI ET SURTOUT LA NOUVELLE MARQUE DE CHAUSSURES DE RUNNING MADE IN FRANCE !

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE ?

INSCRIVEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER HEBDO !

PARTAGEZ L'ARTICLE

Subscribe
Notify of
0 COMMENTAIRES
Inline Feedbacks
VOIR LES AUTRES RÉPONSES

CONNEXION

CONNEXION