24 janvier 2022

QUELS SONT LES EFFETS DE L’ALCOOL SUR VOTRE CORPS ?

Vous ne ressentirez pas forcément tout de suite l’impact de l’alcool sur votre corps, mais cela commence pourtant dès la première gorgée.

Si vous buvez, vous avez probablement déjà fait l’expérience des effets de l’alcool, de la sensation de chaleur qui se fait rapidement sentir à l’enivrement plutôt agréable du bon vin, ou à la gueule de bois qui apparaît le lendemain matin. Comme ces effets ne durent pas longtemps, vous ne vous en préoccupez peut-être pas beaucoup, surtout si vous ne buvez pas souvent.

De nombreuses personnes pensent que la consommation occasionnelle d’une bière ou d’un verre de vin lors d’un repas ou d’une occasion spéciale ne pose pas de problème. Mais la consommation d’alcool, quelle que soit la quantité, peut avoir des conséquences indésirables sur la santé.

Les personnes qui ont une consommation excessive d’alcool ou qui boivent beaucoup peuvent remarquer plus rapidement les effets sur la santé, mais l’alcool présente également des risques pour les personnes qui boivent avec modération.

Avec le temps, la consommation d’alcool peut commencer à avoir des effets néfastes sur le bien-être physique et mental de chacun. Ces effets peuvent être plus graves et plus visibles si vous buvez régulièrement et si vous avez tendance à prendre plus d’un ou deux verres lorsque vous le faites.

Lisez ce qui suit pour savoir comment l’alcool peut affecter votre corps, votre cerveau et votre santé émotionnelle, ainsi que quelques conseils pour trouver du soutien si vous envisagez de réduire votre consommation d’alcool.

QUE SIGNIFIE BOIRE AVEC MODÉRATION ?

Les directives actuelles d’Alcool Info Service définissent la consommation modérée d’alcool comme suit :

  • 1 verre ou moins par jour pour les femmes.
  • 2 verres ou moins par jour pour les hommes.

Les directives antérieures concernant la consommation d’alcool suggèrent généralement qu’un verre par jour présente peu de risques d’effets négatifs sur la santé – et pourrait même offrir quelques avantages pour la santé.

Pourtant, des recherches plus récentes suggèrent qu’il n’y a pas vraiment de quantité d’alcool “sûre”, car même une consommation modérée peut avoir un impact négatif sur la santé du cerveau.

EFFETS À COURT TERME

Les effets temporaires que vous pourriez constater en buvant de l’alcool (ou peu après) sont les suivants :

  • Une sensation d’euphorie ou d’étourdissement
  • Une diminution des inhibitions
  • Un comportement impulsif
  • Ralentissement ou troubles de l’élocution
  • Des nausées et des vomissements
  • Diarrhée
  • Maux de tête
  • Modifications de l’audition, de la vision et de la perception
  • Difficulté à se concentrer ou à prendre des décisions
  • Perte de conscience ou trous de mémoire (souvent appelés blackout).

Certains de ces effets, comme une humeur détendue ou une diminution des inhibitions, peuvent se manifester rapidement, après un seul verre. D’autres, comme la perte de conscience ou les troubles de l’élocution, peuvent apparaître après quelques verres.

Les effets liés à la déshydratation, comme les nausées, les maux de tête et les étourdissements, peuvent n’apparaître qu’après quelques heures et dépendent également de ce que vous buvez, de la quantité et du fait que vous buvez aussi de l’eau.

Ces effets peuvent ne pas durer très longtemps, mais cela ne les rend pas insignifiants. L’impulsivité, la perte de coordination et les changements d’humeur peuvent affecter votre jugement et votre comportement et contribuer à des effets plus importants, notamment des accidents, des blessures et des décisions que vous regretterez plus tard.

EFFETS À LONG TERME

La consommation d’alcool peut également entraîner des problèmes plus durables qui vont au-delà de votre humeur et de votre santé.

Voici quelques effets à long terme de la consommation fréquente d’alcool :

  • Des changements persistants de l’humeur, notamment l’anxiété et l’irritabilité
  • Des changements dans la libido et la fonction sexuelle
  • Des modifications de l’appétit et du poids
  • Des problèmes de mémoire
  • Des difficultés à se concentrer sur des tâches
  • Une augmentation des tensions et des conflits dans les relations amoureuses et familiales

LES EFFETS PHYSIQUES DE L'ALCOOL SUR LE CORPS

Voici un aperçu des effets de l’alcool sur vos organes internes et vos processus corporels.

Glandes digestives et endocrines

Une consommation excessive d’alcool peut provoquer une inflammation du pancréas, entraînant une affection appelée pancréatite. La pancréatite peut activer la libération d’enzymes digestives pancréatiques et provoquer des douleurs abdominales.

La pancréatite peut devenir une affection de longue durée et entraîner de graves complications.

Dommages inflammatoires

Votre foie aide à décomposer et à éliminer les toxines et les substances nocives (y compris l’alcool) de votre organisme.

La consommation d’alcool à long terme interfère avec ce processus. Elle augmente également votre risque de maladie du foie liée à l’alcool et d’inflammation chronique du foie :

  • La maladie du foie liée à l’alcool est une affection potentiellement mortelle qui entraîne une accumulation de toxines et de déchets dans votre organisme.
  • L’inflammation chronique du foie peut provoquer des cicatrices, ou cirrhose. Lorsque le tissu cicatriciel se forme, il peut endommager votre foie de façon permanente.

Taux de sucre

Le pancréas aide à réguler la façon dont votre corps utilise l’insuline et réagit au glucose. Si votre pancréas et votre foie ne fonctionnent pas correctement en raison d’une pancréatite ou d’une maladie du foie, vous pouvez souffrir d’un faible taux de sucre dans le sang, ou hypoglycémie.

Un pancréas endommagé peut également empêcher votre organisme de produire suffisamment d’insuline pour utiliser le sucre. Cela peut entraîner une hyperglycémie, c’est-à-dire un excès de sucre dans le sang.

Si votre organisme n’est pas en mesure de gérer et d’équilibrer votre taux de sucre dans le sang, vous risquez de souffrir de complications et d’effets secondaires plus importants liés au diabète.

Les experts recommandent d’éviter les quantités excessives d’alcool si vous souffrez de diabète ou d’hypoglycémie.

Système nerveux central

Une façon importante de reconnaître l’impact de l’alcool sur votre organisme ? En comprenant comment il affecte votre système nerveux central.

Les troubles de l’élocution, un signe clé de l’intoxication, se produisent parce que l’alcool réduit la communication entre votre cerveau et votre corps. Cela rend la parole et la coordination – pensez au temps de réaction et à l’équilibre – plus difficiles. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles vous ne devez jamais conduire après avoir bu.

Avec le temps, l’alcool peut causer des dommages à votre système nerveux central, vous pourriez remarquer des engourdissements et des picotements dans vos pieds et vos mains.

L’alcool peut également affecter votre capacité à :

  • Créer des souvenirs à long terme
  • De penser clairement
  • Faire des choix rationnels

Avec le temps, la consommation d’alcool peut également endommager votre lobe frontal, la partie du cerveau responsable des fonctions vitales, comme le contrôle des impulsions, la mémoire à court terme et le jugement.

Une consommation excessive chronique d’alcool peut également causer des dommages permanents au cerveau, notamment le syndrome de Wernicke-Korsakoff, un trouble cérébral qui affecte la mémoire.

Système digestif

Le lien entre la consommation d’alcool et votre système digestif peut ne pas sembler immédiatement évident. Les effets secondaires n’apparaissent souvent qu’après que les dommages se sont produits. Continuer à boire peut aggraver ces symptômes.

La consommation d’alcool peut endommager les tissus de votre tube digestif, empêchant vos intestins de digérer les aliments et d’absorber correctement les nutriments et les vitamines. À terme, ces dommages peuvent provoquer une malnutrition.

Une consommation excessive d’alcool peut également entraîner :

  • Des gaz
  • Des ballonnements
  • Une sensation de trop plein au niveau du ventre
  • Diarrhée ou selles douloureuses
  • Des ulcères ou des hémorroïdes (dus à la déshydratation et à la constipation).

Les ulcères peuvent provoquer de dangereuses hémorragies internes, qui peuvent parfois être fatales en l’absence de diagnostic et de traitement rapides.

Système circulatoire

La consommation chronique d’alcool peut affecter votre cœur et vos poumons, augmentant ainsi votre risque de développer des problèmes de santé liés au cœur.

Les complications du système circulatoire comprennent :

  • Difficulté à pomper le sang dans le corps
  • Insuffisance cardiaque

La difficulté à absorber les vitamines et les minéraux contenus dans les aliments peut provoquer de la fatigue et de l’anémie, une affection caractérisée par un faible nombre de globules rouges.

Santé sexuelle et reproductive

La consommation d’alcool peut réduire vos inhibitions, et vous pourriez donc penser que l’alcool peut augmenter votre plaisir dans la chambre à coucher.

En réalité, une consommation excessive d’alcool peut :

  • Empêcher la production d’hormones sexuelles
  • Diminuer votre libido
  • Vous empêcher d’avoir ou de maintenir une érection
  • Rendre l’orgasme difficile à atteindre

Une consommation excessive d’alcool peut affecter votre cycle menstruel et augmenter potentiellement votre risque d’infertilité.

CONSOMMATION D’ALCOOL PENDANT LA GROSSESSE

Aucune quantité d’alcool n’est considérée comme sûre pour les femmes enceintes.

En effet, la consommation d’alcool pendant la grossesse n’affecte pas seulement votre santé. Elle peut entraîner une fausse couche, une mortinaissance ou un accouchement prématuré.

Les enfants exposés à l’alcool dans l’utérus peuvent connaître toute une série de complications après la naissance, notamment :

  • Des difficultés d’apprentissage
  • Des problèmes de santé à long terme
  • Des problèmes émotionnels accrus
  • Des problèmes de développement

Système squelettique et musculaire

La consommation d’alcool à long terme peut affecter la densité osseuse, entraînant un amincissement des os et augmentant le risque de fractures en cas de chute. Les os affaiblis peuvent également guérir plus lentement.

La consommation d’alcool peut également entraîner une faiblesse musculaire, des crampes et finalement une atrophie.

Système immunitaire

Une consommation excessive d’alcool réduit le système immunitaire naturel de votre corps. Un système immunitaire affaibli a plus de mal à vous protéger contre les germes et les virus.

Les personnes qui boivent beaucoup sur une longue période sont également plus susceptibles de développer une pneumonie ou la tuberculose que la population générale. Les experts établissent un lien entre environ 10 % de tous les cas de tuberculose dans le monde et la consommation d’alcool.

La consommation d’alcool peut également influencer le risque de cancer :

  • Une consommation fréquente d’alcool peut augmenter le risque de développer un cancer de la bouche, de la gorge, du sein, de l’œsophage, du côlon ou du foie.
  • La consommation simultanée d’alcool et de tabac peut encore augmenter le risque de développer un cancer de la bouche ou de la gorge.

EFFETS PSYCHOLOGIQUES

La consommation d’alcool à long terme peut entraîner des changements dans votre cerveau qui affectent :

  • La mémoire et la concentration
  • Le contrôle des impulsions
  • Les émotions, l’humeur et la personnalité

La consommation régulière d’alcool peut également affecter la santé mentale et le bien-être en général, en partie parce que l’alcool peut aggraver les symptômes de certains troubles mentaux, notamment l’anxiété, la dépression et le trouble bipolaire.

Vous pouvez également ressentir des sentiments d’anxiété avec une gueule de bois.

Affections mentales induites par l'alcool

La consommation d’alcool peut être à l’origine de symptômes de santé mentale qui ressemblent beaucoup à ceux d’autres troubles de santé mentale.

La dernière édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5), que les professionnels de la santé mentale utilisent pour diagnostiquer les troubles mentaux, comprend des critères de diagnostic pour :

  • Le trouble bipolaire induit par l’alcool
  • Le trouble psychotique induit par l’alcool
  • Le trouble du sommeil induit par l’alcool
  • Le trouble dépressif induit par l’alcool
  • Trouble anxieux induit par l’alcool

Dans le cas de ces troubles, vous ne remarquerez les symptômes que pendant l’intoxication alcoolique ou le sevrage. En général, ces symptômes s’atténuent rapidement lorsque la consommation d’alcool cesse.

Dépendance

Certaines personnes qui boivent finissent par développer une tolérance à l’alcool. Par conséquent, elles doivent éventuellement boire davantage pour ressentir les mêmes effets qu’auparavant.

La consommation régulière d’alcool peut également entraîner une dépendance, ce qui signifie que votre corps et votre cerveau se sont habitués aux effets de l’alcool.

Lorsque vous arrêtez de boire, vous pouvez remarquer une série de symptômes physiques, émotionnels ou mentaux qui s’atténuent dès que vous prenez un verre.

La tolérance et la dépendance peuvent toutes deux être des symptômes du trouble de l’usage de l’alcool, un problème de santé mentale autrefois appelé alcoolisme. Ce trouble peut être léger, modéré ou grave, selon le nombre de symptômes que vous présentez.

Les principaux symptômes peuvent être les suivants :

  • Envies de fumer
  • Le sevrage
  • Boire davantage au fil du temps
  • Difficulté à s’arrêter après un seul verre
  • Impossibilité d’arrêter de boire lorsque vous essayez
  • Continuer à boire de l’alcool même si cela a un impact négatif sur votre santé ou votre vie quotidienne
  • Consacrer beaucoup de temps à des activités liées à la consommation d’alcool.

Sevrage alcoolique

Le sevrage alcoolique peut être difficile et, dans certains cas, mettre la vie en danger. En fonction de la fréquence et de la quantité de vos consommations, vous pouvez avoir besoin du soutien d’un professionnel de la santé si vous voulez arrêter de boire.

Il est toujours préférable de consulter votre médecin avant d’arrêter l’alcool. L’approche “cold turkey” n’est pas toujours sans danger.

Les symptômes du sevrage alcoolique comprennent :

  • L’anxiété
  • Nervosité
  • Nausées
  • Tremblements
  • Pression artérielle élevée
  • Rythme cardiaque irrégulier
  • Transpiration abondante

Des convulsions, des hallucinations et des délires peuvent survenir dans les cas graves de sevrage.

La désintoxication médicale peut vous aider à arrêter de boire en toute sécurité. Votre médecin peut recommander un traitement dans une clinique ou à domicile, en fonction de votre risque de symptômes de sevrage.

FACTEURS DE RISQUE DE TROUBLES LIÉS À LA CONSOMMATION D'ALCOOL

Certains facteurs peuvent augmenter vos risques de souffrir de troubles liés à l’alcool.

En voici quelques-uns :

  • Une consommation excessive d’alcool
  • La consommation excessive d’alcool
  • Avoir des pairs ou des membres de la famille qui consomment beaucoup d’alcool
  • Avoir des gènes qui affectent votre sensibilité à l’alcool
  • Vous souffrez d’anxiété, de dépression ou de schizophrénie
  • Avoir un parent proche, notamment un parent, atteint de cette maladie.

TROUVER UN TRAITEMENT

Vous envisagez de réduire votre consommation d’alcool ou d’arrêter complètement de boire ?

Vous avez de nombreuses possibilités de soutien et de traitement :

  • Groupes de soutien gratuits pour le rétablissement, comme les Alcooliques Anonymes
  • Une thérapie pour vous aider à trouver les raisons qui vous poussent à boire et à acquérir des compétences utiles pour faire face à la situation
  • Un traitement médical pour traiter les symptômes du trouble lié à la consommation d’alcool et tout autre problème de santé connexe
  • Des médicaments qui peuvent aider à réduire l’état de manque

CONSEILS DE SÉCURITÉ

Il n’y a pas de façon totalement sûre de consommer de l’alcool, mais si vous choisissez de boire, ces conseils peuvent aider à réduire certains risques :

Veillez à manger. Évitez de boire l’estomac vide pour ne pas vous intoxiquer trop vite.

Buvez beaucoup d’eau. Pour chaque boisson standard que vous consommez, essayez de prendre un verre d’eau.

N’allez pas trop vite. Buvez lentement pour donner à votre corps le temps d’assimiler l’alcool. Votre foie peut traiter environ 1 once d’alcool par heure.

Ne mélangez pas l’alcool avec d’autres substances. Le mélange d’alcool et de caféine peut masquer les effets dépressifs de l’alcool et vous faire boire plus que vous ne le feriez autrement. La combinaison de l’alcool avec d’autres drogues peut également avoir des effets néfastes.

Si vous buvez ne conduisez pas. Ne conduisez jamais en état d’ébriété. Même si vous avez l’impression d’avoir dessoûlé, vous avez peut-être encore de l’alcool dans votre organisme, ce qui peut affecter votre temps de réaction.

RELANCE C’EST UN BLOG SUR LA COURSE À PIED MAIS C’EST AUSSI ET SURTOUT LA NOUVELLE MARQUE DE CHAUSSURES DE RUNNING MADE IN FRANCE !

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE ?

INSCRIVEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER HEBDO !

PARTAGEZ L'ARTICLE

Subscribe
Notify of
6 COMMENTAIRES
Inline Feedbacks
VOIR LES AUTRES RÉPONSES

CONNEXION

CONNEXION