31 janvier 2022

ALZHEIMER : COMMENT LE SPORT PEUT PRÉVENIR L’APPARITION DE LA MALADIE

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui entraîne un rétrécissement du cerveau (atrophie) et la mort des cellules cérébrales. La maladie d’Alzheimer est la cause la plus fréquente de démence – un déclin continu de la pensée, du comportement et des compétences sociales qui affecte la capacité d’une personne à fonctionner de manière indépendante.

En France, environ 1 million de personnes âgées de 65 ans et plus sont atteintes de la maladie d’Alzheimer (225 000 nouveaux cas par an). Parmi elles, 80 % sont âgées de 75 ans et plus. Sur les quelque 50 millions de personnes atteintes de démence dans le monde, on estime qu’entre 60 et 70 % sont atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Les premiers signes de la maladie sont l’oubli d’événements ou de conversations récentes. Au fur et à mesure de l’évolution de la maladie, une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer développera de graves troubles de la mémoire et perdra la capacité d’accomplir les tâches quotidiennes.

Les médicaments peuvent améliorer ou ralentir temporairement la progression des symptômes. Ces traitements peuvent parfois aider les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer à maximiser leurs fonctions et à conserver leur indépendance pendant un certain temps. Différents programmes et services peuvent aider à soutenir les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et leurs aidants.

Il n’existe aucun traitement qui guérit la maladie d’Alzheimer ou qui modifie le processus pathologique dans le cerveau. Aux stades avancés de la maladie, les complications liées à la perte grave des fonctions cérébrales – comme la déshydratation, la malnutrition ou l’infection – entraînent la mort.

SYMPTÔMES

La perte de mémoire est le principal symptôme de la maladie d’Alzheimer. Les premiers signes sont la difficulté à se souvenir d’événements ou de conversations récents. À mesure que la maladie progresse, les troubles de la mémoire s’aggravent et d’autres symptômes apparaissent.

Au début, la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer peut être consciente de sa difficulté à se souvenir des choses et à organiser ses pensées. Un membre de la famille ou un ami est plus susceptible de remarquer l’aggravation des symptômes.

Les changements cérébraux associés à la maladie d’Alzheimer entraînent des difficultés croissantes :

Mémoire

Tout le monde a des trous de mémoire occasionnels, mais la perte de mémoire associée à la maladie d’Alzheimer persiste et s’aggrave, affectant la capacité de fonctionner au travail ou à la maison.

Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer peuvent :

  • Répéter des énoncés et des questions à plusieurs reprises
  • Oublier des conversations, des rendez-vous ou des événements, et ne pas s’en souvenir plus tard
  • Égarer régulièrement leurs biens, en les plaçant souvent dans des endroits illogiques
  • Se perdre dans des endroits familiers
  • Finir par oublier le nom des membres de la famille et des objets du quotidien
  • Avoir du mal à trouver les bons mots pour identifier des objets, exprimer des pensées ou participer à des conversations.

Pensée et raisonnement

La maladie d’Alzheimer entraîne des difficultés de concentration et de réflexion, notamment sur des concepts abstraits comme les chiffres.

Il est particulièrement difficile d’effectuer plusieurs tâches à la fois, et il peut être difficile de gérer les finances, utiliser un chéquier et de payer les factures à temps. À terme, une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer peut être incapable de reconnaître et de traiter les chiffres.

Prise de jugements et de décisions

La maladie d’Alzheimer entraîne un déclin de la capacité à prendre des décisions et des jugements raisonnables dans les situations de la vie quotidienne. Par exemple, une personne peut faire de mauvais choix ou des choix non caractéristiques dans ses interactions sociales ou porter des vêtements qui ne conviennent pas au temps qu’il fait. Il peut être plus difficile de réagir efficacement aux problèmes quotidiens, comme des aliments qui brûlent sur la cuisinière ou des situations inattendues au volant.

Planification et exécution de tâches familières

Les activités autrefois routinières qui nécessitent des étapes séquentielles, comme la planification et la préparation d’un repas ou la pratique d’un jeu favori, deviennent une lutte à mesure que la maladie progresse. Finalement, les personnes atteintes d’un stade avancé de la maladie d’Alzheimer oublient souvent comment effectuer des tâches de base comme s’habiller et se laver.

Changements de la personnalité et du comportement

Les changements cérébraux qui surviennent dans la maladie d’Alzheimer peuvent affecter l’humeur et le comportement. Les problèmes peuvent inclure les suivants :

  • Apathie
  • Replis sur soit
  • Méfiance envers les autres
  • Irritabilité et agressivité
  • Errance
  • Perte des inhibitions
  • Des délires, comme croire que quelque chose a été volé.

Compétences préservées

De nombreuses compétences importantes sont préservées plus longtemps, même lorsque les symptômes s’aggravent. Il peut s’agir de lire ou d’écouter des livres, de raconter des histoires et de se souvenir, de chanter, d’écouter de la musique, de danser, de dessiner ou de faire de l’artisanat.

Ces compétences peuvent être préservées plus longtemps parce qu’elles sont contrôlées par des parties du cerveau touchées plus tard au cours de la maladie.

Quand consulter un médecin

Un certain nombre d’affections, y compris des affections traitables, peuvent entraîner une perte de mémoire ou d’autres symptômes de démence. Si vous êtes préoccupé par votre mémoire ou d’autres capacités de réflexion, consultez votre médecin pour une évaluation et un diagnostic approfondis.

Si vous êtes préoccupé par les capacités de réflexion que vous observez chez un membre de votre famille ou un ami, parlez-lui de vos inquiétudes et demandez-lui de vous accompagner à un rendez-vous chez le médecin.

CAUSES

Les causes exactes de la maladie d’Alzheimer ne sont pas entièrement comprises. Mais à un niveau élémentaire, les protéines du cerveau ne fonctionnent pas normalement, ce qui perturbe le travail des cellules du cerveau (neurones) et déclenche une série d’événements toxiques. Les neurones sont endommagés, perdent leurs connexions entre eux et finissent par mourir.

Les scientifiques pensent que pour la plupart des personnes, la maladie d’Alzheimer est causée par une combinaison de facteurs génétiques, environnementaux et liés au mode de vie qui affectent le cerveau au fil du temps.

Dans moins de 1 % des cas, la maladie d’Alzheimer est causée par des modifications génétiques spécifiques qui garantissent pratiquement qu’une personne développera la maladie. Ces cas rares se traduisent généralement par l’apparition de la maladie à un âge moyen.

Les dommages commencent le plus souvent dans la région du cerveau qui contrôle la mémoire, mais le processus commence des années avant l’apparition des premiers symptômes. La perte de neurones se propage selon un schéma assez prévisible à d’autres régions du cerveau. Au stade avancé de la maladie, le cerveau a considérablement rétréci.

Les chercheurs qui tentent de comprendre la cause de la maladie d’Alzheimer se concentrent sur le rôle de deux protéines :

Les plaques. La bêta-amyloïde est un fragment d’une protéine plus grande. Lorsque ces fragments se regroupent, ils semblent avoir un effet toxique sur les neurones et perturber la communication entre les cellules. Ces amas forment des dépôts plus importants appelés plaques amyloïdes, qui comprennent également d’autres débris cellulaires.

Les écheveaux. Les protéines tau jouent un rôle dans le système interne de soutien et de transport des neurones pour acheminer les nutriments et autres matériaux essentiels. Dans la maladie d’Alzheimer, les protéines tau changent de forme et s’organisent en structures appelées enchevêtrements neurofibrillaires. Ces enchevêtrements perturbent le système de transport et sont toxiques pour les cellules.

FACTEURS DE RISQUE

L'âge

L’augmentation de l’âge est le plus grand facteur de risque connu de la maladie d’Alzheimer. La maladie d’Alzheimer ne fait pas partie du vieillissement normal, mais plus on vieillit, plus la probabilité de développer la maladie d’Alzheimer augmente.

Une étude, par exemple, a révélé qu’il y avait chaque année quatre nouveaux diagnostics pour 1 000 personnes âgées de 65 à 74 ans, 32 nouveaux diagnostics pour 1 000 personnes âgées de 75 à 84 ans et 76 nouveaux diagnostics pour 1 000 personnes âgées de 85 ans et plus.

Antécédents familiaux et génétique

Votre risque de développer la maladie d’Alzheimer est un peu plus élevé si un parent au premier degré – votre père, votre mère, votre frère ou votre sœur – est atteint de la maladie. La plupart des mécanismes génétiques de la maladie d’Alzheimer au sein des familles restent largement inexpliqués, et les facteurs génétiques sont probablement complexes.

Un facteur génétique mieux compris est une forme du gène de l’apolipoprotéine E (APOE). Une variation de ce gène, APOE e4, augmente le risque de maladie d’Alzheimer. Environ 25 à 30 % de la population est porteuse de l’allèle APOE e4, mais toutes les personnes présentant cette variation du gène ne développent pas la maladie.

Les scientifiques ont identifié des changements rares (mutations) dans trois gènes qui garantissent pratiquement qu’une personne qui hérite de l’un d’eux développera la maladie d’Alzheimer. Mais ces mutations représentent moins de 1 % des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Syndrome de Down

De nombreuses personnes atteintes du syndrome de Down développent la maladie d’Alzheimer. Cela est probablement lié au fait qu’elles possèdent trois copies du chromosome 21 – et par conséquent trois copies du gène de la protéine qui entraîne la création de la bêta-amyloïde. Les signes et les symptômes de la maladie d’Alzheimer ont tendance à apparaître 10 à 20 ans plus tôt chez les personnes atteintes du syndrome de Down que dans la population générale.

Sexe

Il semble y avoir peu de différence de risque entre les hommes et les femmes, mais, globalement, il y a plus de femmes atteintes de la maladie parce qu’elles vivent généralement plus longtemps que les hommes.

Déficience cognitive légère

La déficience cognitive légère (DCL) est un déclin de la mémoire ou d’autres capacités de réflexion plus important que la normale pour l’âge d’une personne, mais ce déclin n’empêche pas la personne de fonctionner dans un environnement social ou professionnel.

Les personnes atteintes de DCL ont un risque important de développer une démence. Lorsque le principal déficit du DCL est la mémoire, l’affection est plus susceptible d’évoluer vers une démence due à la maladie d’Alzheimer. Un diagnostic de DCL incite à se concentrer davantage sur les changements de mode de vie sain, à élaborer des stratégies pour compenser les pertes de mémoire et à prévoir des rendez-vous réguliers chez le médecin pour surveiller les symptômes.

Traumatisme crânien

Les personnes ayant subi un traumatisme crânien grave présentent un risque accru de maladie d’Alzheimer. Plusieurs grandes études ont révélé que chez les personnes âgées de 50 ans ou plus ayant subi un traumatisme crânien (TCC), le risque de démence et de maladie d’Alzheimer augmentait. Le risque augmente chez les personnes ayant subi des TBI plus graves et multiples. Certaines études indiquent que le risque serait le plus élevé dans les six premiers mois à deux ans après le traumatisme.

Pollution atmosphérique

Des études menées sur des animaux ont indiqué que les particules de la pollution atmosphérique peuvent accélérer la dégénérescence du système nerveux. Et des études sur l’homme ont montré que l’exposition à la pollution atmosphérique – en particulier aux gaz d’échappement des véhicules et à la combustion du bois – est associée à un risque accru de démence.

Consommation excessive d'alcool

On sait depuis longtemps que la consommation de grandes quantités d’alcool entraîne des modifications du cerveau. Plusieurs grandes études et revues ont montré que les troubles de la consommation d’alcool étaient liés à un risque accru de démence, en particulier de démence précoce.

Mauvaises habitudes de sommeil

Des recherches ont montré que de mauvaises habitudes de sommeil, telles que des difficultés à s’endormir ou à rester endormi, sont associées à un risque accru de maladie d’Alzheimer.

Mode de vie et santé cardiaque

La recherche a montré que les mêmes facteurs de risque associés aux maladies cardiaques peuvent également augmenter le risque de maladie d’Alzheimer. Il s’agit notamment des facteurs suivants :

  • Le tabagisme ou l’exposition à la fumée secondaire

Ces facteurs peuvent tous être modifiés. Par conséquent, le changement des habitudes de vie peut, dans une certaine mesure, modifier votre risque. Par exemple, la pratique régulière d’un exercice physique et une alimentation équilibrée, pauvre en graisses trans et riche en fruits et légumes sont associées à une diminution du risque de développer la maladie d’Alzheimer.

Apprentissage tout au long de la vie et engagement social

Des études ont établi un lien entre l’engagement tout au long de la vie dans des activités mentalement et socialement stimulantes et un risque réduit de maladie d’Alzheimer. Un faible niveau d’éducation – moins qu’un diplôme d’études secondaires – semble être un facteur de risque de la maladie d’Alzheimer.

COMPLICATIONS

Les pertes de mémoire et de langage, les troubles du jugement et les autres changements cognitifs causés par la maladie d’Alzheimer peuvent compliquer le traitement d’autres affections. Une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer peut ne pas être en mesure de :

  • Communiquer qu’elle éprouve de la douleur
  • Expliquer les symptômes d’une autre maladie
  • Suivre un plan de traitement prescrit
  • Expliquer les effets secondaires des médicaments.

Lorsque la maladie d’Alzheimer atteint ses derniers stades, les changements cérébraux commencent à affecter les fonctions physiques, comme la déglutition, l’équilibre et le contrôle des intestins et de la vessie. Ces effets peuvent accroître la vulnérabilité à d’autres problèmes de santé tels que :

  • L’inhalation d’aliments ou de liquides dans les poumons (aspiration)
  • Grippe, pneumonie et autres infections
  • Chutes
  • Escarres
  • Mauvaise alimentation (junk food) ou déshydratation
  • Problèmes dentaires tels que plaies buccales ou caries dentaires

PRÉVENTION

La maladie d’Alzheimer n’est pas une affection que l’on peut prévenir. Toutefois, il est possible de modifier un certain nombre de facteurs de risque liés au mode de vie pour la maladie d’Alzheimer. Des preuves suggèrent que des changements dans le régime alimentaire, l’exercice et les habitudes – des mesures visant à réduire le risque de maladie cardiovasculaire – peuvent également réduire votre risque de développer la maladie d’Alzheimer et d’autres troubles qui causent la démence. Les choix de mode de vie sains pour le cœur qui peuvent réduire le risque d’Alzheimer sont les suivants :

  • Suivre les directives de traitement pour gérer l’hypertension artérielle, le diabète et l’hypercholestérolémie.
  • Demander à votre médecin de vous aider à arrêter de fumer si vous fumez.

Des études ont montré que des capacités de réflexion préservées plus tard dans la vie et un risque réduit de maladie d’Alzheimer sont associés à la participation à des événements sociaux, à la lecture, à la danse, aux jeux de société, à la création artistique, à la pratique d’un instrument de musique et à d’autres activités qui nécessitent un engagement mental et social.

DIAGNOSTIC

Une partie importante du diagnostic de la maladie d’Alzheimer consiste à être capable d’expliquer vos symptômes, ainsi que le point de vue d’un membre de la famille ou d’un ami proche sur les symptômes et leur impact sur la vie quotidienne. En outre, le diagnostic de la maladie d’Alzheimer repose sur les tests que votre médecin administre pour évaluer la mémoire et les capacités de réflexion.

Les tests de laboratoire et d’imagerie peuvent exclure d’autres causes potentielles ou aider le médecin à mieux identifier la maladie à l’origine des symptômes de démence.

Mais la maladie d’Alzheimer n’est diagnostiquée avec une totale certitude qu’après le décès, lorsque l’examen microscopique du cerveau révèle les plaques et enchevêtrements caractéristiques.

Un bilan diagnostique comprendra probablement les tests suivants :

Examen physique et neurologique

Votre médecin procédera à un examen physique et évaluera probablement la santé neurologique globale en testant les éléments suivants :

  • Réflexes
  • Capacité de se lever d’une chaise et de traverser la pièce à pied
  • Sens de la vue et de l’ouïe
  • Coordination

Tests de laboratoire

Les analyses de sang peuvent aider votre médecin à éliminer d’autres causes potentielles de perte de mémoire et de confusion, comme un trouble de la thyroïde ou des carences en vitamines.

État mental et tests neuropsychologiques

Votre médecin peut vous faire passer un bref test d’état mental pour évaluer la mémoire et les autres capacités de réflexion. Des formes plus longues de tests neuropsychologiques peuvent fournir des détails supplémentaires sur la fonction mentale par rapport à des personnes d’âge et de niveau d’éducation similaires. Ces tests peuvent aider à établir un diagnostic et servir de point de départ pour suivre l’évolution des symptômes à l’avenir.

Imagerie cérébrale

Les images du cerveau sont aujourd’hui principalement utilisées pour repérer les anomalies visibles liées à des affections autres que la maladie d’Alzheimer – telles que les accidents vasculaires cérébraux, les traumatismes ou les tumeurs – qui peuvent provoquer des troubles cognitifs. De nouvelles applications d’imagerie – actuellement utilisées principalement dans les grands centres médicaux ou dans le cadre d’essais cliniques – pourraient permettre aux médecins de détecter des changements cérébraux spécifiques causés par la maladie d’Alzheimer.

L’imagerie des structures cérébrales comprend les éléments suivants :

  • L’imagerie par résonance magnétique (IRM). L’IRM utilise des ondes radio et un champ magnétique puissant pour produire des images détaillées du cerveau. Bien qu’ils puissent montrer un rétrécissement des régions du cerveau associé à la maladie d’Alzheimer, les examens IRM permettent également d’exclure d’autres affections. L’IRM est généralement préférée au scanner pour l’évaluation de la démence.
  • Tomodensitométrie (CT). La tomodensitométrie, une technologie radiologique spécialisée, produit des images en coupe transversale (tranches) de votre cerveau. Il est généralement utilisé pour éliminer les tumeurs, les accidents vasculaires cérébraux et les traumatismes crâniens.

L’imagerie des processus pathologiques peut être réalisée par tomographie par émission de positrons (TEP). Au cours d’un examen TEP, un traceur radioactif de faible niveau est injecté dans le sang pour révéler une caractéristique particulière du cerveau. L’imagerie TEP peut inclure les éléments suivants :

La TEP au fluorodéoxyglucose (FDG) permet de montrer les zones du cerveau dans lesquelles les nutriments sont mal métabolisés. L’identification des schémas de dégénérescence – zones de faible métabolisme – peut aider à distinguer la maladie d’Alzheimer des autres types de démence. 

L’imagerie TEP de l’amyloïde permet de mesurer la quantité de dépôts amyloïdes dans le cerveau. Cette imagerie est principalement utilisée dans la recherche mais peut être utilisée si une personne présente des symptômes de démence inhabituels ou très précoces.

L’imagerie TEP Tau, qui mesure la charge des enchevêtrements neurofibrillaires dans le cerveau, est généralement utilisée dans le cadre de la recherche.

Dans des circonstances particulières, telles que la démence à progression rapide, la démence à caractéristiques atypiques ou la démence à apparition précoce, d’autres tests peuvent être utilisés pour mesurer les taux anormaux de bêta-amyloïde et de tau dans le liquide céphalo-rachidien.

Futurs tests de diagnostic

Les chercheurs travaillent à la mise au point de tests capables de mesurer les signes biologiques des processus pathologiques dans le cerveau.

Ces tests, y compris les tests sanguins, pourraient améliorer la précision des diagnostics et permettre un diagnostic plus précoce avant l’apparition des symptômes. Un test sanguin pour le plasma Aβ est actuellement disponible et a récemment reçu la certification aux États-Unis par les Centers for Medicare & Medicaid Services pour permettre sa distribution sur le marché.

Les tests génétiques ne sont généralement pas recommandés pour une évaluation de routine de la maladie d’Alzheimer. L’exception concerne les personnes qui ont des antécédents familiaux de maladie d’Alzheimer à apparition précoce. Il est recommandé de rencontrer un conseiller en génétique pour discuter des risques et des avantages des tests génétiques avant de se soumettre à tout test.

TRAITEMENT

Médicaments

Les médicaments actuels contre la maladie d’Alzheimer peuvent aider pendant un certain temps à soulager les symptômes de la mémoire et d’autres changements cognitifs. Deux types de médicaments sont actuellement utilisés pour traiter les symptômes cognitifs :

Les inhibiteurs de la cholinestérase. Ces médicaments agissent en stimulant les niveaux de communication entre les cellules en préservant un messager chimique qui est appauvri dans le cerveau par la maladie d’Alzheimer. Ce sont généralement les premiers médicaments essayés, et la plupart des personnes voient leurs symptômes s’améliorer légèrement.

Les inhibiteurs de la cholinestérase peuvent également améliorer les symptômes neuropsychiatriques, comme l’agitation ou la dépression. Les inhibiteurs de la cholinestérase couramment prescrits comprennent le donépézil (Aricept), la galantamine (Razadyne) et la rivastigmine (Exelon).

Les principaux effets secondaires de ces médicaments sont la diarrhée, la nausée, la perte d’appétit et les insomnies. Chez les personnes souffrant de certains troubles cardiaques, les effets secondaires graves peuvent inclure l’arythmie cardiaque.

La mémantine (Namenda). Ce médicament agit sur un autre réseau de communication des cellules du cerveau et ralentit la progression des symptômes de la maladie d’Alzheimer modérée à sévère. Il est parfois utilisé en association avec un inhibiteur de la cholinestérase. Les effets secondaires relativement rares sont les étourdissements et la confusion.

En juin 2021, la Food and Drug Administration (FDA) a approuvé l’aducanumab (Aduhelm) pour le traitement de certains cas de maladie d’Alzheimer. Il s’agit du premier médicament approuvé aux États-Unis pour traiter la cause sous-jacente de la maladie d’Alzheimer en ciblant et en éliminant les plaques amyloïdes dans le cerveau. La FDA a approuvé le médicament à la condition que d’autres études soient menées pour confirmer les bienfaits du médicament. Les experts doivent également déterminer quels patients peuvent bénéficier de ce médicament.

Parfois, d’autres médicaments, comme les antidépresseurs, peuvent être prescrits pour aider à contrôler les symptômes comportementaux associés à la maladie d’Alzheimer.

Créer un environnement sûr et favorable

Adapter le milieu de vie aux besoins d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer est une partie importante de tout plan de traitement. Pour une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer, l’établissement et le renforcement d’habitudes routinières et la réduction au minimum des tâches exigeantes pour la mémoire peuvent rendre la vie beaucoup plus facile.

Vous pouvez prendre les mesures suivantes pour soutenir le sentiment de bien-être de la personne et sa capacité à continuer à fonctionner :

  • Gardez toujours les clés, portefeuilles, téléphones portables et autres objets de valeur au même endroit à la maison, afin qu’ils ne se perdent pas.
  • Conservez les médicaments dans un endroit sûr. Utilisez une liste de contrôle quotidienne pour suivre les dosages.
  • Faites en sorte que les finances soient en paiement automatique et en dépôt automatique.
  • Demandez à la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer d’avoir sur elle un téléphone mobile avec une fonction de localisation afin qu’un aidant puisse suivre son emplacement. Programmez les numéros de téléphone importants dans le téléphone.
  • Installez des détecteurs d’alarme sur les portes et les fenêtres.
  • Veillez à ce que les rendez-vous réguliers aient lieu le même jour à la même heure dans la mesure du possible.
  • Utilisez un calendrier ou un tableau blanc à la maison pour noter les horaires quotidiens. Prenez l’habitude de cocher les tâches accomplies.
  • Enlevez les meubles superflus, le désordre et les tapis.
  • Installez des rampes solides dans les escaliers et les salles de bain.
  • Veillez à ce que les chaussures et les pantoufles soient confortables et offrent une bonne adhérence.
  • Réduisez le nombre de miroirs. Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer peuvent trouver les images dans les miroirs déroutantes ou effrayantes.
  • Assurez-vous que la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer porte une pièce d’identité ou un bracelet d’alerte médicale.
  • Gardez des photographies et d’autres objets significatifs dans la maison.

MÉDECINE ALTERNATIVE

Divers remèdes à base de plantes, vitamines et autres suppléments sont largement promus comme des préparations pouvant favoriser la santé cognitive ou prévenir ou retarder la maladie d’Alzheimer. Les essais cliniques ont donné des résultats mitigés et peu de preuves de leur efficacité en tant que traitements.

Voici quelques-uns des traitements qui ont été étudiés récemment :

La vitamine E. Bien que la vitamine E ne prévienne pas la maladie d’Alzheimer, la prise quotidienne de 2 000 unités internationales peut aider à retarder la progression de la maladie chez les personnes qui en sont déjà atteintes de façon légère ou modérée. Cependant, les résultats des études sont mitigés, certaines ne montrant que des avantages modestes. Des recherches supplémentaires sur l’innocuité de la prise quotidienne de 2 000 unités internationales de vitamine E dans une population atteinte de démence seront nécessaires avant de pouvoir la recommander systématiquement.

Les suppléments recommandés pour la santé cognitive peuvent interagir avec les médicaments que vous prenez pour la maladie d’Alzheimer ou d’autres problèmes de santé. Travaillez en étroite collaboration avec votre équipe de soins de santé pour créer un plan de traitement sûr avec toute ordonnance, tout médicament en vente libre ou tout complément alimentaire.

Acides gras oméga-3. Les acides gras oméga-3 présents dans le poisson ou provenant de suppléments peuvent réduire le risque de développer une démence, mais les études cliniques n’ont montré aucun avantage pour le traitement des symptômes de la maladie d’Alzheimer.

Curcumine. Cette herbe provient du curcuma et possède des propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes qui pourraient affecter les processus chimiques dans le cerveau. Jusqu’à présent, les essais cliniques n’ont révélé aucun avantage pour le traitement de la maladie d’Alzheimer.

Ginkgo. Le ginkgo est un extrait de plante contenant plusieurs propriétés médicinales. Une vaste étude financée par les National Institutes of Health n’a trouvé aucun effet pour prévenir ou retarder la maladie d’Alzheimer.

Mélatonine. Ce supplément d’une hormone qui régule le sommeil fait l’objet d’une étude visant à déterminer s’il présente des avantages pour la gestion du sommeil chez les personnes atteintes de démence. Mais certaines recherches ont indiqué que la mélatonine pouvait aggraver l’humeur de certaines personnes atteintes de démence. Des recherches supplémentaires sont nécessaires.

MODE DE VIE ET REMÈDES MAISON

Des choix de mode de vie sains favorisent une bonne santé générale et peuvent jouer un rôle dans le maintien de la santé cognitive.

Exercice physique

L’exercice régulier est un élément important du plan de traitement. Des activités telles qu’une promenade quotidienne peuvent contribuer à améliorer l’humeur et à maintenir la santé des articulations, des muscles et du cœur. L’exercice peut également favoriser un sommeil réparateur et prévenir la constipation – et il est également bénéfique pour les partenaires de soins.

Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer qui ont de la difficulté à marcher peuvent encore utiliser un elliptique, s’étirer avec des bandes élastiques ou participer à des exercices sur chaise. Vous pouvez trouver des programmes d’exercices adaptés aux personnes âgées à la télévision ou sur DVD.

Nutrition

Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer peuvent oublier de manger, se désintéresser de la préparation des repas ou ne pas manger une combinaison saine d’aliments. Elles peuvent également oublier de boire suffisamment, ce qui entraîne une déshydratation et une constipation.

Offrez les éléments suivants :

Alimentation saine. Achetez les options d’aliments sains préférés qui sont faciles à manger.

De l’eau et d’autres boissons saines. Encouragez-les à boire plusieurs verres de liquide par jour. Évitez les boissons contenant de la caféine, qui peuvent augmenter l’agitation, perturber le sommeil et provoquer des envies fréquentes d’uriner.

Milk-shakes et smoothies sains et riches en calories. Complétez les milkshakes avec des poudres protéinées ou préparez des smoothies avec vos ingrédients préférés, surtout lorsque l’alimentation devient plus difficile.

Engagement et activités sociales

Les interactions et les activités sociales peuvent soutenir les capacités et les compétences qui sont préservées. Faire des choses qui ont un sens et qui sont agréables est important pour le bien-être général d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer. Il peut s’agir de :

  • Écouter de la musique ou danser
  • Lire ou écouter des livres
  • Le jardinage ou l’artisanat
  • Activités sociales dans des centres pour personnes âgées ou des centres de soins de la mémoire
  • Activités planifiées avec les enfants

FAIRE FACE ET SOUTENIR

Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer éprouvent un mélange d’émotions – confusion, frustration, colère, peur, incertitude, chagrin et dépression.

Si vous prenez soin d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer, vous pouvez l’aider à faire face à la maladie en l’écoutant, en la rassurant sur le fait qu’elle peut encore profiter de la vie, en lui apportant votre soutien et en faisant de votre mieux pour l’aider à conserver sa dignité et son respect de soi.

Un environnement calme et stable à la maison peut contribuer à réduire les problèmes de comportement. Les situations nouvelles, le bruit, les grands groupes de personnes, le fait d’être pressé ou pressé de se souvenir, ou le fait de devoir accomplir des tâches compliquées peuvent causer de l’anxiété. Lorsque la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer est bouleversée, sa capacité à penser clairement diminue encore plus.

Prendre soin de l'aidant

Prendre soin d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer est physiquement et émotionnellement exigeant. Les sentiments de colère et de culpabilité, de stress et de découragement, d’inquiétude et de chagrin, ainsi que l’isolement social sont courants.

La prise en charge peut même avoir des répercussions sur la santé physique de l’aidant. Faire attention à vos propres besoins et à votre bien-être est l’une des choses les plus importantes que vous puissiez faire pour vous-même et pour la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer.

Si vous êtes l’aidant d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer, vous pouvez vous aider :

  • Apprenez-en le plus possible sur la maladie
  • Posez des questions aux médecins, aux travailleurs sociaux et aux autres personnes impliquées dans les soins de votre proche
  • Demandez de l’aide à vos amis ou à d’autres membres de la famille lorsque vous en avez besoin
  • Prenez une pause tous les jours
  • Passer du temps avec vos amis
  • Prendre soin de votre santé en consultant votre médecin à l’heure prévue, en mangeant des repas sains et en faisant de l’exercice.
  • Rejoindre un groupe de soutien
  • Utiliser un centre de jour local pour adultes, si possible.
  • De nombreuses personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et leurs familles bénéficient de conseils ou de services de soutien locaux. Contactez votre association Alzheimer locale pour connaître les groupes de soutien, les médecins, les ergothérapeutes, les ressources et les références, les agences de soins à domicile, les établissements de soins résidentiels, une ligne d’assistance téléphonique et des séminaires éducatifs.

L'EXERCICE PEUT-IL PRÉVENIR LA PERTE DE MÉMOIRE ET AMÉLIORER LES FONCTIONS COGNITIVES ?

C’est possible. L’exercice présente de nombreux avantages connus pour la santé physique et mentale, notamment la réduction du risque de maladie cardiovasculaire et de diabète, le renforcement des os et des muscles et la réduction du stress.

Il semble également qu’une activité physique régulière soit bénéfique pour le cerveau. Des études montrent que les personnes physiquement actives sont moins susceptibles de connaître un déclin de leurs fonctions mentales et ont un risque plus faible de développer la maladie d’Alzheimer. L’activité physique est l’un des facteurs de risque modifiables connus de la démence. De plus, l’exercice régulier aide à combattre d’autres facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer, comme la dépression et l’obésité.

Faire de l’exercice plusieurs fois par semaine pendant 30 à 60 minutes peut :

  • Maintenir les capacités de réflexion, de raisonnement et d’apprentissage des personnes en bonne santé
  • Améliorer la mémoire, le raisonnement, le jugement et les capacités de réflexion (fonction cognitive) chez les personnes atteintes d’une forme légère de la maladie d’Alzheimer ou d’une déficience cognitive légère
  • Retarder l’apparition de la maladie d’Alzheimer chez les personnes à risque ou ralentir la progression de la maladie
  • Augmenter la taille de la partie du cerveau associée à la formation de la mémoire (hippocampe).

L’activité physique semble aider votre cerveau non seulement en maintenant la circulation sanguine mais aussi en augmentant les substances chimiques qui protègent le cerveau. L’activité physique tend également à contrer une partie de la réduction naturelle des connexions cérébrales qui se produit avec le vieillissement.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour savoir comment – et dans quelle mesure – l’ajout d’une activité physique peut améliorer la mémoire ou ralentir la progression du déclin cognitif. Néanmoins, l’exercice régulier est important pour rester en forme physiquement et mentalement. Et pour les personnes âgées, même une activité physique de loisir présente des avantages pour la santé.

RELANCE C’EST UN BLOG SUR LA COURSE À PIED MAIS C’EST AUSSI ET SURTOUT LA NOUVELLE MARQUE DE CHAUSSURES DE RUNNING MADE IN FRANCE !

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE ?

INSCRIVEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER HEBDO !

PARTAGEZ L'ARTICLE

Subscribe
Notify of
4 COMMENTAIRES
Inline Feedbacks
VOIR LES AUTRES RÉPONSES

CONNEXION

CONNEXION